usine panneau solaire chine

La Chine va construire la plus grande usine au monde de panneaux solaires

Leader mondiale de la production de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques, la Chine bénéficie d’un contexte très favorable pour mettre en place des projets d’envergure. Ce contexte a poussé l’entreprise chinoise GCL System Integration Technology a se lancer dans la construction de la plus grande usine de panneaux solaires au monde. Une usine gigantesque qui a terme devra produire l’équivalent de 51% de la production globale actuelle.

Un contexte favorable pour la Chine

Le pays est le leader mondial de la production de panneaux photovoltaïques car, actuellement, il fournit 60 à 70% des panneaux solaires dans le monde.

L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) prévoit une demande exponentielle de la production solaire dans les prochaines années. De son côté, une étude de GlobalData estime qu’au niveau mondial, les capacités photovoltaïques installées seront de l’ordre de 1582,9 Giga-Watt (GW) par an en 2030, contre 593,9 GW en 2019, soit une augmentation de 166%.

Le boom du solaire s’explique surtout par la chute des prix des cellules photovoltaïques ces dernières années, et par certaines politiques encourageantes. Les nouvelles fermes solaires coûteront ainsi, pour certains pays, moins chères que de construire de nouvelles centrales fonctionnant au charbon ou au gaz.

Parmi les autres énergies renouvelables, la part du photovoltaïque représentera 60%. Elle sera ainsi l’énergie renouvelable qui va le plus croître dans les prochaines années, selon l’AIE.

S’appuyant sur ces faits et prévisions, l’entreprise chinoise GCL System Integration Technology a annoncé en mars 2020, la construction de la plus grande usine de fabrication de panneaux solaires au monde en Chine.

Un projet titanesque

GCL System Integration Technology a pour ambition de produire 51% des besoins en panneaux solaires de la planète. Avec une capacité photovoltaïque de 60 GW, la nouvelle usine, une fois construite, doublera la production actuelle du pays. La Chine deviendrait alors le premier fabriquant au monde, et c’est bien là son objectif.

Afin de mettre en œuvre ce projet, le groupe GCL System Integration Technology compte investir 18 milliards de yuans, soit 2,31 milliards d’euros.

Compte tenu de l’étendue du programme, l’exécution se déroulera en quatre phases. La première devrait débuter dès 2020, pour une première production en 2021. À elle seule, elle représente déjà un investissement de 5 milliards de yuans, soit 650 millions d’euros, et une capacité de production de 15 GW.
Les autres étapes devraient s’étendre en fonction des ventes à venir et des capacités de production.

L’usine sera implantée dans la ville de Heifei, située dans la province d’Anhui, en Chine occidentale.

Une usine haute technologie

Le groupe GLC System Integration Technology a prévu la création d’une usine entièrement automatisée, et qui utilisera le big data et l’intelligence artificielle dans ses processus de fabrication.

Une entreprise reconnue dans le domaine

GLC System Integration Technology est une entreprise cotée en Bourse.

Elle a participé à de nombreuses installations de centrales solaires, partout dans le monde. En 2017, elle a notamment fait parler d’elle quand elle a signé un accord avec l’Ukraine pour implanter une centrale de 3800 panneaux solaires sur l’ancien site de Tchernobyl. Pour mettre en œuvre ce projet, elle a collaboré avec son concurrent China National Complete Engineering Corporation (CNCEC).

GLC System Integration Technology s’est par ailleurs fait connaître pour la qualité de ses rendements sur les panneaux photovoltaïques, qui se situent autour de 19 %.

La nouvelle usine s’orientera sur les modules de haute efficacité, avec des cellules de 210 mm. Elle pourra également produire des modules avec des cellules de 166 et 158,75 mm.

Un marché paradoxal

La Chine, en devenant leader mondial du panneau photovoltaïque, démontre une nouvelle fois ses capacités hors normes de production, et sa volonté de se démarquer sur le marché mondial.

Toutefois, elle reste, et de loin, le pays le plus pollueur au monde, notamment à cause de sa dépendance au charbon. La part de ce dernier dans la consommation énergétique chinoise se situait ainsi en 2017 à 62%.

De leur côté, les sources d’énergie renouvelable composaient 9% du mix énergétique en 2015.

La Chine a mis en place ces dernières années de nombreuses mesures pour favoriser sa transition énergétique, et souhaite que la part des énergies renouvelables représente 20% de sa consommation d’ici à 2030 (elle représentait 12% en 2017). Toutefois, cette ambition se confronte à deux difficultés :

  • la demande croissante de la population et de l’industrie, en lien avec la croissance économique du pays.
  • des problèmes subsistent dans les réseaux d’acheminement de l’électricité (souvent désuets) et engendrent des pertes sur la production d’électricité renouvelable.

Dans ce contexte, tout l’enjeu de la Chine est de devenir le leader mondial du secteur des énergies renouvelables. On peut alors se demander quel sera l’impact pour le reste du monde si elle parvient à cet objectif.

 

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *